Actualités

Les SAEI de la communauté Afric’innov participent à rendre leurs écosystèmes plus résilients face à la crise du COVID-19. Appui stratégique, technique ou tout simplement actions solidaires et citoyennes, les structures d’accompagnement s’engagent pour venir en aide aux gouvernements et à leurs communautés !

 

Temps de lecture : 8 minutes

 

Le monde affronte une crise sanitaire sans précédent, aux répercussions économiques et sociales multiples sur nos pays. La perturbation globale des activités économiques est lourde de conséquences, sur le long-terme et à tous les niveaux, en particulier sur le continent africain où une grande partie des ménages dépendent des revenus journaliers d’une activité informelle pour vivre. 

Dans nos écosystèmes fragilisés, il est alors fondamental que tous les acteurs (Etats, entreprises, organisations et individus) contribuent à leur niveau pour développer des solutions concertées, destinées à soutenir nos communautés. 

Les structures d’accompagnement à l’entrepreneuriat innovant (SAEI) sont des acteurs clés dans cet effort collectif. En effet, au croisement des secteurs publics, privés et associatifs, ces organisations connectées et fédératrices sont des sources inépuisables de savoir-faire, de créativité et d’innovation. Ainsi, elles mettent aujourd’hui en place une multitude d’initiatives destinées à mobiliser et soutenir leurs écosystèmes, dans le but de faire face aux impacts actuels et futurs de la crise.

 

SOUTENIR ET COMPLÉTER LES ACTIONS DES SERVICES DES ETATS

Tout d’abord, les SAEI se mobilisent de manière individuelle ou collective auprès des Etats pour contribuer de manière opérationnelle et stratégique à leurs efforts face à la crise.

En effet, elles peuvent jouer un rôle fondamental pour :

1. Sourcer des solutions innovantes. Au Bénin, la Task-Force INNOV COVID-19, composée par un réseau d’acteurs de l’innovation, dont EtriLabs, et orchestrée par Sèmè City et UNFPA, participe par exemple activement au sourcing de solutions innovantes utiles face à la crise.

 

 

2. Apporter des compétences techniques pour appuyer les initiatives existantes. Certaines SAEI ont par exemple développé des Dashboard pour une meilleure gestion des centres d’appels du gouvernement, comme  EtriLabs  ou  Wenaklabs, au Tchad.

 

De plus, de nombreuses structures d’accompagnement sont aujourd’hui impliquées dans les réflexions de leur gouvernement pour concevoir les politiques publiques de résilience face à la crise, en particulier celles dédiées au soutien et à la relance des secteurs privés et de l’innovation. 

Ainsi, à titre d’exemple, la  Fédération burkinabè des SAEI  a entamé une démarche collective auprès de la Chambre du Commerce dans le but de faire remonter les défis des entrepreneurs qu’elles accompagnent, pour à terme co-construire des solutions concrètes afin de les relever. 

Au Sénégal, des acteurs comme  Jokkolabs  s’impliquent aux côté du Ministère de la Santé et du Ministère de l’Économie Numérique dans le cadre de  Daan COVID-19, une task force dédiée à la conception et promotion de solutions numériques utiles face à la crise.

A l’échelle du continent,  I4Policy, un réseau panafricain de hubs d’innovations, organisera bientôt une assemblée numérique virtuelle. Au cours de celle-ci, une vingtaine d’acteurs travaillera à l’élaboration de recommandations politiques et d’un plaidoyer à destination des gouvernements africains, afin de soutenir les écosystèmes entrepreneuriaux et innovants en Afrique. 

 

Cependant, dans certains pays où les écosystèmes sont encore jeunes, cet engagement auprès des décideurs politiques est parfois freiné par leur méconnaissance des acteurs de l’accompagnement et de leur métier, ainsi que de leur potentiel d’impact face à la crise. La contribution des SAEI à ces effort collectifs participe donc au travail de sensibilisation mené auprès de leurs gouvernement pour gagner en légitimité et en visibilité.

 

SOUTENIR ET PROMOUVOIR LES ENTREPRENEURS PORTEURS D’INNOVATIONS

Au cœur de leur métier, l’accompagnement de porteurs de projets entrepreneuriaux innovants se retrouve naturellement au centre de nombreuses initiatives portées par les SAEI*. En effet, les SAEI s’investissent dans le développement et la promotion d’innovations utiles déjà portées par des entrepreneurs en accompagnement, mais cherchent également à en identifier de nouvelles

Individuellement ou collectivement, les structures d’accompagnement sont alors moteurs dans le montage d’initiatives à impact, mobilisant la plupart du temps avec succès différents acteurs de l’écosystème (secteur public, secteur privé, bailleurs internationaux et autres financeurs).

Ainsi ont vu le jour des initiatives mettant en lumière les initiatives entrepreneuriales existantes, telles que la  COVID-19 Action Platform  développée par EtriLabs, mais aussi des événements, en particulier des hackathons, et de concours à destination des innovateurs. 

 

Des acteurs tels qu’Oribiri Village  ont par exemple lancé un “Innovation Challenge”, 21 jours de hackathon digital pendant lesquels des porteurs d’idées d’entreprises travaillent à repenser le système alimentaire Sud Africain. A la clé : un accompagnement sur-mesure pour développer et financer les deux projets avec le plus de potentiel d’impact.

Publication Facebook d’Oribi Village pour promouvoir le Challenge dédié au système alimentaire

D’autres, comme  La Startup Factory  au Maroc, ont lancé le  HackCovid. Avec le soutien de partenaires très impliqués issus des secteurs publics et privés, le programme met à la disposition d’une trentaine d’entrepreneurs des financements pour développer leur prototype, ainsi qu’un appui technique poussé pour produire, vendre et communiquer sur leur innovation.

Enfin, certaines SAEI ont pris la décision de s’engager auprès des entrepreneurs non-accompagnés, dont les entreprises ou projets sont fragilisés par la crise et qui sont démunis pour y faire face. Ainsi, différents formats ont été développés pour ces séances de mentoring en pro bono : 

1. La SAEI malienne  Donilab  invite tous les entrepreneurs qui le souhaitent à poser leurs questions sur un chat animé par un chargé de projets à heures fixes pendant les jours ouvrés. 

2.  La Fabrique, au Burkina Faso, met à disposition un chargé d’accompagnement pour trois rendez-vous d’une heure tous les jeudi matin.

Publication Facebook de Donilab pour promouvoir son chat destiné aux entrepreneurs en difficulté

 

 

SOUTENIR LES POPULATIONS LES PLUS VULNÉRABLES

Enfin, les structures d’accompagnement se mobilisent pour soutenir les personnes les plus vulnérables de leur communauté. Mise à disposition de matériel médical, aide alimentaire, soutien financier aux familles défavorisées...nombreuses sont les initiatives solidaires portées par les SAEI qui vont en ce sens. 

À plus grande échelle,  I4Policy  contribue également à une large sensibilisation des populations grâce à une campagne de sourcing et de promotion de contenus créatifs, regroupé sous le hashtag #DontGoViral.

 

Et vous, quelles initiatives à portée collective avez-vous mises en place pour soutenir vos écosystèmes face au COVID-19 ? Pour les partager avec nous, c’est par ici.


 

*NDLR : un article entièrement dédié à la thématique de l’accompagnement sera d’ailleurs bientôt publié sur le site d’Afric’innov. Restez connectés !

 

Retrouver l'article au complet sur Afric'innov

Pour démarrer votre recherche, tapez un mot-clé :