Actualités

Lien de téléchargement du guide (an english version is coming soon. Please email us to be informed  : hello@africinnov.com)

PARIS, le 8 Octobre 2018 – L’Afrique est le continent le plus jeune : 43 % de sa population a moins de 14 ans[1], et le plus entreprenant au monde : au Nigéria 39,9 % de la population entre 18 et 64 ans mène des activités entrepreneuriales, 38,6 % au Sénégal, 26 % au Ghana, contre seulement 9,9 % en Inde et 5,3 % en France[2]. Aussi, certains indicateurs macro-économiques tels que les taux de croissance économique, l’émergence d’une classe moyenne et les taux de pénétration du mobile et d’Internet laissent entrevoir de nouvelles opportunités pour les entrepreneurs du continent.

 

Toutefois, l’entrepreneuriat est une aventure par nécessité pour 30 % des entrepreneurs africains âgés entre 16 et 35 ans[3], et les entrepreneurs de croissance, mus par l’opportunité, et qui ont la volonté et les capacités d’innover et de faire croître leur activité, sont encore insuffisamment représentés. Plusieurs facteurs empêchent leur éclosion : on parle de lacunes dans l’écosystème entrepreneurial, qui englobe les politiques publiques, l’accès aux financements, la culture entrepreneuriale, le capital humain, le soutien au secteur privé et les marchés.

 

Ces dernières années, les structures d’accompagnement, telles que les incubateurs, se multiplient dans la région et apportent une réponse de la communauté locale pour combler certaines lacunes de ces écosystèmes. En 2018, l’Afrique de l’Ouest compte ainsi plus d’une centaine de structures d’accompagnement dédiées aux entrepreneurs de croissance, alors même qu’il n’y en avait encore aucune il y a 15 ans[4]. Leur objectif est d’accompagner les entrepreneurs afin qu’ils soient porteurs d’innovations et créateurs d’emplois stables et décents.

 

« Les incubateurs jouent un rôle essentiel dans la maturation d’un projet. Présents à la fois en amont de la création et au cours de la vie de l’entreprise, ils mettent à disposition des porteurs de projet une multitude de services leur permettant de transformer leurs idées innovantes en entreprises performantes. » affirme Adama Ouane, Administrateur de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Leurs services incluent le plus souvent du conseil, un accès à des locaux équipés et connectés, un accès à un réseau, ainsi qu’un appui pour trouver des financements. Toutefois, chaque structure est unique, tant sur les services qu’elle propose que sur ses modèles économiques.

« Un ouvrage opportun et factuel sur l'émergence des structures d'accompagnement en Afrique de l'Ouest, leur rôle important et la nécessité de mettre en place des partenariats public-privés pour exploiter pleinement leur potentiel. L'entrepreneuriat en Afrique est voué à un avenir prometteur, et s'il est bien exploité, peut sortir des millions de personnes de la pauvreté et propulser le continent vers la richesse et la prospérité ». Tony Elumelu

Les structures d’accompagnement sont certes aujourd’hui dans une phase de maturation (moyenne d’âge de 4 ans en Afrique de l’Ouest) et de professionnalisation. Leurs positionnements, au cœur de l’écosystème entrepreneurial, font toutefois d’elles des partenaires potentiels de premier choix, pour tous ceux qui souhaitent promouvoir l’innovation, l’entrepreneuriat et la création d’emplois dans la région.

 

Ainsi, porteurs de projets innovants et entrepreneurs de croissance sont les premiers concernés par les services de ces acteurs qui proposent de les accompagner à réaliser leurs ambitions. Les institutions publiques peuvent aussi collaborer avec ces structures, qui remplissent une mission d’intérêt général en se substituant, parfois, aux services publics qui n’arrivent pas à répondre efficacement à la large demande des entrepreneurs, et qui peuvent également les aider à réaliser des objectifs communs de développement durable. Aussi, financiers, instituts de recherche ou encore multinationales peuvent trouver un intérêt à investir dans un partenariat avec ces structures, véritables tiers de confiance. Des exemples concrets de collaboration sont présentés dans ce guide, pour inspirer l’ensemble des acteurs.

« Un guide pratique pour tout acteur concerné par les questions d’entrepreneuriat et d’innovation en Afrique de l’Ouest, qui souhaite s’informer des opportunités liées à l’émergence des structures de type incubateurs »

Considérant les multiples opportunités que représentent ces structures d’accompagnement, ce guide présente également une série de recommandations pour les décideurs publics, institutions de développement et autres parties prenantes concernées. A partir des constats actuels, il s’agit d’orienter les acteurs sur les mesures à prendre pour favoriser l’impact de ces nouveaux acteurs de l’écosystème et les accompagner vers le succès. Enfin, plus qu’accompagner ces structures, le guide conclut sur l’urgente nécessité de combler d’autres lacunes des écosystèmes entrepreneuriaux (relatives à la formation des jeunes et aux sources de financement du secteur privé notamment) pour favoriser l’émergence d’un secteur privé plus dynamique, innovant et compétitif en Afrique de l’Ouest.

 

Le guide « Enjeux et opportunités des incubateurs en Afrique de l’Ouest » est le fruit d’une co-production du collectif Afric'innov, menée sous la direction de Ninon Duval, Claire Crochemore et Alexandre Laure, rédigée par Elodie Hanff et Christian Jekinnou. Cet ouvrage a été élaboré sur la base d’études, d’observations de terrain et de la connaissance développée au cours de ces dernières années par le collectif.

 

Vous pouvez accéder au guide ici (an english version is coming soon. Please email to be informed  : hello@africinnov.com)

Contacts : hello@africinnov.com // dmbock@publicaffairsafrica.com

 

[1] Banque Mondiale et Agence Française de Développement. 2014. Employment of youth in sub-Saharan Africa. Washington, DC : Banque Mondiale.

http://www.worldbank.org/en/programs/africa-regional-studies/publication/youth-employment-in-sub-saharan-africa.

 

[2] Global Entrepreneurship Monitor (GEM). 2017. Global Report 2016/2017. London : Global Entrepreneurship Monitor (GEM).

https://www.gemconsortium.org/report/49812.         

 

[3] Jacqui Kew, Mike Herrington, Yana Litovsky, and Helen Gale. 2015. Generation Entrepreneur? The state of global youth entrepreneurship. Youth Business International (YBI) and Global Entrepreneurship Monitor (GEM). London : Global Entrepreneurship Monitor (GEM). 

https://www.youthbusiness.org/wp-content/uploads/2013/09/GenerationEntrepreneur.pdf

 

[4] Dario Giuliani 2018. Africa: a look at the 442 active tech hubs of the continent. London : Global System Mobile Association (GSMA). https://www.gsma.com/mobilefordevelopment/programme/ecosystem-accelerator/africa-a-look-at-the-442-active-tech-hubs-of-the-continent/.    

Retrouver d’autres articles rédigés par Banque Mondiale

Pour démarrer votre recherche, tapez un mot-clé :