Actualités

Parmi les premières SAEI de type startup studio en Afrique de l’Ouest francophone, BeoogoLAB propose des services financiers et techniques aux entrepreneurs basés au Burkina Faso. Son fondateur et Directeur Général, Mahamadi ROUAMBA préside également la fédération burkinabé des SAEI. Nous vous proposons dans les lignes qui suivent l’entretien que nous avons eu avec lui.

 

Temps de lecture : 4 minutes

 

AFRIC’INNOV : Pouvez-vous vous présenter à notre communauté ? 

Mahamadi ROUAMBA : Je me nomme Mahamadi ROUAMBA, je suis le fondateur dU Startup Studio BeoogoLAB, structure d’appui à l’entrepreneuriat basée à Ouagadougou. J’ai une formation de niveau Master dans trois disciplines : en Sociologie, en Gestion de projet et en Management. Toutes mes recherches académiques ont été orientées vers l’impact sociétal de l’économie numérique et la conduite de projets dans l’industrie numérique. Je suis par ailleurs aujourd’hui le Président de la Fédération Burkinabè des Structures d’Accompagnement à l’Entrepreneuriat Innovant (SAEI-Burkina). 

 

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à mettre sur pied BeoogoLAB ? 

En tant que startup studio, BeoogoLAB est une structure qui crée des entreprises et les accompagne à la performance.

Dans l’environnement entrepreneurial, la grande majorité des structures de financement fonctionne sur la base du risque minimal. Elles préfèrent s’engager auprès de projets entrepreneuriaux déjà crédibles. Constatant toutes les difficultés des aspirants entrepreneurs lors du démarrage de leurs entreprises innovantes et dans leur recherche de crédibilité, j’ai créé BeoogoLAB pour agir. En effet, avec mon équipe, nous nous sommes engagés à apporter notre soutien et notre accompagnement aux porteurs d’initiatives entrepreneuriales à un stade très précoce de leur projet. Les entreprises qui sont présentement dans notre portefeuille s’inscrivent toutes dans cette logique. Elles nous sont arrivées à l’étape d’idée et nous en faisons des entreprises performantes. 

Visite d'un groupe d'étudiants dans les locaux de BeoogoLAB

 

Aujourd’hui, BeoogoLAB se positionne comme un startup studio, pouvez-vous nous expliquer en quoi cela consiste ? 

En tant que startup studio, BeoogoLAB est une structure qui crée des entreprises et les accompagne à la performance. Nous accompagnons les start-up jusqu'à ce qu’elles trouvent un business model rentable. Ensuite, nous accompagnons l’entreprise qui en résulte à la croissance. Nous avons deux cœurs de métier : le financement et l’accompagnement. 

En ce qui concerne le financement, nous fonctionnons comme un fonds d’investissement. Nous injectons des ressources financières et nous travaillons à obtenir un retour sur investissement. Les financements délivrés épousent trois formes : le fonds de pré-amorçage, le fonds d’amorçage et le fonds de développement. 

L’accompagnement est la suite obligatoire de l’investissement et nous l’utilisons comme mécanisme de contrôle du risque.  Nous proposons un renforcement de capacité, un suivi personnalisé et une implication permanente de notre équipe tout au long du parcours des entrepreneurs. 

En termes de bilan, BeoogoLAB a investi dans 6 initiatives entrepreneuriales qui sont devenues des entreprises

Nous avons une équipe pluridisciplinaire (stratégie d’entreprise, communication & marketing, droit, finance & fiscalité, technologie & ingénierie) qui permet de répondre aux besoins primaires des jeunes entreprises. Les membres de l’équipe n’agissent pas comme des coachs ou des mentors mais comme faisant partie de la jeune entreprise. 

Séance de formation sur le Business Model Canvas avec les incubés de BeoogoLAB

 

Finalement, la relation de confiance est primordiale entre l’entrepreneur et vous ? Comment un startup studio recrute-t-elle des entrepreneurs ? 

Pour le recrutement des entrepreneurs, nous avons deux approches : l’approche active et l’approche passive. L’approche active regroupe les appels à projets et la participation à des événements de réseautage (chasse aux initiatives) alors que l’approche passive renvoie à la réception de candidatures spontanées et les recommandations de projets par nos partenaires. 

Il faut en outre souligner le fait que le recrutement des entrepreneurs se fait en deux étapes distinctes. Il y’a d’abord une phase d’identification et ensuite celle de sélection. 

De manière générale, 3 critères sont importants pour nous dans le recrutement des entrepreneurs au sein de BeoogoLAB. 

Le premier concerne la personnalité du porteur du projet :  son parcours, ses centres d’intérêt et ce qui anime son désir ardent d’entreprendre. Le deuxième critère a trait à la connaissance : les  connaissances acquises dans le domaine dans lequel il veut  entreprendre. Le troisième enfin concerne le réseau : s’est-il construit un réseau de personnes clés exerçant dans sa niche et dans les domaines connexes. 

Après la sélection, l’entrepreneur passe d’abord par la maturation, puis l’incubation et enfin quand l’entreprise a atteint une certaine stabilité elle peut être admise en accélération. 

L'Etat burkinabé nous a élevé au rang de Chevalier de l'ordre du mérite.

Deux ans que vous vous êtes repositionnés comme startup studio, quel bilan faîtes-vous ? 

En termes de bilan, BeoogoLAB a investi dans six (6) initiatives entrepreneuriales qui sont devenues aujourd’hui des entreprises. Elles ont toutes bénéficié du fonds de pré-amorçage d’un montant maximal de 10 millions de FCFA par projet et du fonds d'amorçage qui, quant à lui tient compte du besoin réel en investissement de chaque entreprise. 

Mais au-delà des six entreprises citées, nous avons également accompagné 21 autres initiatives entrepreneuriales en jouant juste le rôle de structure d’accompagnement. Pour certaines d’entre elles, cet accompagnement a été sollicité par un partenaire.

Notre business model s’appuie sur les investissements faits dans les entreprises. Au-delà de leur rentabilité, c’est l’impact social qu’engendre la croissance de ces entreprises qui nous importe, surtout en termes de création d’emplois. C’est d’ailleurs grâce à cet impact que nous avons eu dans notre communauté que l’Etat burkinabè nous a élevé au rang de Chevalier de l’ordre du mérite. En outre, la ville de Ouagadougou nous a décerné le titre d’entrepreneurs citoyens.

Cérémonie d'ouverture du séjour entrepreneurial de l'association Mystic chez Beoogolab

 

Quels sont les projets de BeoogoLAB ? 

A l’horizon 2025, BeoogoLAB compte être à la base d’au moins une entreprise performante dans chaque secteur clé de l’économie du Burkina Faso. Nous comptons également créer un fonds de développement des entreprises sur la base du retour sur investissement des fonds déjà injectés dans les entreprises. Nous travaillons aussi à  consolider notre position en tant que structure d’accompagnement dans l’entrepreneuriat innovant aux niveaux national et régional. 

 

Vous êtes également le Président de l’Association des SAEI du Burkina Faso, pouvez-vous nous en dire plus ? 

En fin 2019, les SAEI du Burkina se sont réunies autour d’une structure associative dénommée Fédération Burkinabè des Structures d’Accompagnement à l’Entrepreneuriat Innovant dont le sigle est SAEI-Burkina.

Au-delà de la nécessité d’organiser notre secteur dans un contexte où la création de SAEI est un effet de mode, la principale raison qui a prévalu à la création de cette fédération est le besoin d’accompagner les structures étatiques, les partenaires au développement et les entrepreneurs à avoir une meilleure visibilité sur l’offre d’accompagnement dans notre pays. 

En menant des actions de plaidoyer, nous souhaitons favoriser un climat des affaires propice au développement d’entreprises innovantes au Burkina Faso. 

La toute première rencontre des structures d'accompagnement à l'entrepreneuriat innovant du Burkina Faso

 

Votre mot de la fin ?

Nous  venons de rejoindre la communauté Afric’innov et nous apprécions tous les efforts déployés pour susciter une synergie d’action entre les SAEI.

-----

Pour entrer en contact avec Mahamadi Rouamba, écrivez-lui sur mrouamba[at]beoogolab.org

Interview réalisée par Ousseynou Gueye, Responsable Communication d'Afric'innov  -ousseynou[at]africinnov.com

copyright www.africinnov.com/news

 

Retrouver d'autres articles rédigés par Afric'innov

Pour démarrer votre recherche, tapez un mot-clé :