Actualités

Membre de la communauté Afric’innov depuis janvier 2019, le Lab'ess est un acteur majeur de l’économie social et solidaire en Tunisie. Il est notamment responsable d'une partie importante déploiement opérationnel du programme Safir, une initiative soutenue par l'Union Européenne et fédérant de nombreux partenaires. Ibtissem Kerdjani, chargée de projet Safir au sein du Lab'ess, nous parle plus amplement de cette initiative dans cet entretien.

Temps de lecture : 3 minutes

 

AFRIC’INNOV : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Ibtissem KERDJANI et je suis chargée de projet « Safir » au sein du Lab’ess. J’accompagne au quotidien les porteurs de projets dans la mise en place de leurs initiatives à fort impact.

J’ai commencé mon parcours professionnel dans les études marketing (étude de marché, enquête de satisfaction, étude de notoriété…) avant de m’orienter vers la formation et l’accompagnement à l’entrepreneuriat. Je suis animatrice-facilitatrice d’ateliers selon la méthodologie de formation Business Edge© de l’IFC (International Finance Corporation).

Par ailleurs, je suis diplômée de l'IHEC Carthage, d'un master professionnel en Intelligence marketing et veille stratégique.

 

AFRIC’INNOV : Vous êtes chargée de projet Safir au Lab’ess, en quoi consiste ce poste ?

Après deux années consacrées à l’accompagnement de porteurs de projets à impact positif et à la gestion du programme d’incubation, j’ai pour mission aujourd’hui de veiller à la réussite du projet Safir et assurer ainsi la mise en place et le suivi des activités prévues par le programme.  

Notre rôle dans le cadre du programme Safir consiste en la création d’un réseau régional de SAEI (Structures d’Accompagnement à l’Entrepreneuriat Innovant) ainsi que le soutien à la création d’espaces d’innovation au sein des universités.

 

Evénement de clôture du Safir Lab, à l'institut français de Tunis, Juin 2019

 

AFRIC’INNOV : Concrètement, en quoi consiste le projet Safir ?

Safir est un programme ambitieux en faveur de la réalisation des objectifs du développement durable et de l’inclusion économique de la jeunesse dans 9 pays arabes de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (Algérie, Égypte, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Palestine, Syrie, Tunisie). Soutenu par l’Union européenne, il vise à créer un environnement propice à l’engagement citoyen des jeunes et à favoriser le développement de projets à impact positif.

Le programme Safir repose sur 3 piliers que sont le soutien à plus de 1 000 jeunes porteurs de projets à impact social, culturel ou environnemental ; la structuration et le développement d’un réseau régional d’acteurs de l’accompagnement ; et enfin la création d’espaces de dialogue entre la jeunesse et les pouvoirs publics. 

Une forte dimension du programme est de développer un fort tissu d’acteurs de l’accompagnement à l’entrepreneuriat avec la création de 8 espaces innovants dans 18 établissements d’enseignement supérieur et de recherche de la région. En outre, toujours sur ce volet, nous appuierons 8 incubateurs locaux à consolider et uniformiser leurs méthodologies d’accompagnement de projets, y compris de projets médias.

Enfin, le programme a également pour objectif de renforcer les techniques de formation au plaidoyer de 21 organisations de la société civile. J’invite nos lecteurs à en savoir plus sur https://www.safir-eu.com/

 

AFRIC’INNOV : Quelles sont les raisons qui vous poussent à travailler à la réalisation d’un réseau d’acteurs de l’accompagnement à l’entrepreneuriat dans le cadre du projet Safir ?

Nous constatons que les SAEI sont nombreuses à voir le jour dans les pays d’Afrique du nord et Moyen-Orient. Ces structures sont souvent portées par des jeunes très engagés, mais sont insuffisamment connectées, tant à l’échelle de chaque pays qu’aux échelons régional et international. Elles pâtissent d’un niveau de professionnalisation hétérogène qui freine le développement des projets accompagnés.

Le réseau régional de structures d’accompagnement à l’entrepreneuriat innovant qui sera mis en place dans le cadre du programme Safir sera un cadre pour apporter une réponse à ces problématiques.

C’est d’ailleurs dans ce sens qu’Afric’innov nous inspire dans la mesure où il a su mettre en place une communauté vivante de SAEI sur tout le continent et leur délivrer des outils nécessaires à leur professionnalisation.

Atelier de crowdfunding dans le cadre du safir Lab chez CFI, en novembre 2018.

AFRIC’INNOV : Où en êtes vous dans la mise en oeuvre du projet Safir et quelle sont les prochaines étapes ?

Safir entre dans sa phase opérationnelle avec le lancement des premiers appels à candidature. Un premier à l’attention des SAEI et un second pour les OSC (organisations de la société civile). Ces appels à candidature sont ouverts jusqu’au 26 juin 2020 sur https://www.safir-eu.com/

Au terme de cette 1ère étape, les structures retenues intégreront un réseau d’acteurs régionaux et internationaux. L’Institut français ainsi que les incubateurs Lab’Ess et Pitchworthy aideront les 8 SAEI sélectionnées dans la consolidation et l’uniformisation de leurs méthodologies d’accompagnement de projets. Parallèlement, l’Institut français et l’Arab NGO Network for Development (ANND) proposeront à 21 organisations de la société civile un programme de renforcement de leurs techniques de formation au plaidoyer.

 

AFRIC’INNOV : Quel est votre mot de la fin ?

Pour conclure, je tiens à remercier Afric'innov et sa communauté pour cette tribune qui nous est offerte et qui nous permet de mettre la lumière sur Safir, ce programme ambitieux donnant à 1000 jeunes l'opportunité de transformer leurs sociétés.

-----

Pour entrer en contact avec Ibtissem Kerdjani, écrivez-lui sur ibtissem.kerdjani@labess.tn

Interview réalisée par Ousseynou Gueye, Responsable Communication d'Afric'innov (ousseynou@africinnov.com) 

copyright www.africinnov.com/news

Retrouver d'autres articles rédigés par Afric'innov

Pour démarrer votre recherche, tapez un mot-clé :