Faire un choix dans le menu ci-dessus

  • A effet de levier

    Terme désignant un projet ou un produit qui peut être étendu à plus grandes échelles (souvent en termes d’acquisition de clients ou d’impact) mais aussi “qui peut bénéficier d’un effet de levier important”.

  • Accélérateur

    Structure destinée à appuyer le développement d’entreprises déjà créées, mais encore jeunes. Il offre des programmes courts de formations et renforcement de capacités (quelques mois), permettant de finaliser un produit/service ou plan d’affaires pour ensuite accélérer le développement commercial et financier de l’entreprise. L’accélérateur se caractérise par sa capacité à créer du réseau, organiser des évènements de promotion des projets ou des rencontres d’affaires. L’accélérateur est souvent une structure thématique, spécialisée sur un créneau de marché, et une structure privée, se rémunérant sur des prises de participation, ou de financement mixte.

  • Accompagnement

    Accompagnement professionnel personnalisé permettant d’obtenir des résultats concrets et mesurables dans la vie professionnelle et/ou personnelle. À travers le processus d’accompagnement, la personne accompagnée approfondit ses connaissances et améliore ses performances.

  • Adopteurs précoces

    Catégorie de consommateurs particulièrement favorables à l’adoption des nouveaux produits ou des nouvelles technologies.

  • Agilité des jeunes pousses

    Approche spécifique du démarrage d’une activité économique et du lancement d’un produit reposant sur la vérification de la validité des concepts. L’objectif de l’entreprise étant de concevoir des produits et services qui rencontrent au mieux la demande de leurs consommateurs, avec un investissement initial minimal.

  • Aguiche

    Technique publicitaire qui vise à éveiller la curiosité du contact, en restreignant l’information, pour augmenter l’attention portée au message et sa mémorisation.

  • Approches ascendante et descendante

    Processus permettant d’agencer des étapes pour la concrétisation d’un projet. L’approche ascendante (bottom up) part des éléments de base pour aller vers l’ensemble ; l’approche descendante (top down) part de l’ensemble pour aller vers les détails. Les deux approches sont souvent complémentaires.Processus permettant d’agencer des étapes pour la concrétisation d’un projet. L’approche ascendante (bottom up) part des éléments de base pour aller vers l’ensemble ; l’approche descendante (top down) part de l’ensemble pour aller vers les détails. Les deux approches sont souvent complémentaires.Processus permettant d’agencer des étapes pour la concrétisation d’un projet. L’approche ascendante (bottom up) part des éléments de base pour aller vers l’ensemble ; l’approche descendante (top down) part de l’ensemble pour aller vers les détails. Les deux approches sont souvent complémentaires.Processus permettant d’agencer des étapes pour la concrétisation d’un projet. L’approche ascendante (bottom up) part des éléments de base pour aller vers l’ensemble ; l’approche descendante (top down) part de l’ensemble pour aller vers les détails. Les deux approches sont souvent complémentaires.Processus permettant d’agencer des étapes pour la concrétisation d’un projet. L’approche ascendante (bottom up) part des éléments de base pour aller vers l’ensemble ; l’approche descendante (top down) part de l’ensemble pour aller vers les détails. Les deux approches sont souvent complémentaires.Processus permettant d’agencer des étapes pour la concrétisation d’un projet. L’approche ascendante (bottom up) part des éléments de base pour aller vers l’ensemble ; l’approche descendante (top down) part de l’ensemble pour aller vers les détails. Les deux approches sont souvent complémentaires.

  • Atelier thématique

    Séance de travail pendant laquelle  différents participants mettent en commun questionnements,  expériences, approfondissements, engagements individuels ou collectifs…, relatifs à un sujet spécifique précédemment défini.

  • Autofinancement

    L’autofinancement est réalisé en puisant dans les ressources propres de l’entreprise, ses réserves ou son capital. C’est une forme de financement sans recours à l’emprunt bancaire ou obligataire et sans faire appel à des capitaux extérieurs (augmentation de capital, par exemple).

  • Autonomisation

    Processus ou approche qui vise à permettre aux individus, aux communautés, aux organisations d’avoir plus de pouvoir d’action et de décision, plus d’influence sur leur environnement et leur vie.

  • Canevas de modèle économique

    Représentation synthétique du modèle économique décrivant les principaux aspects de l’activité d’une organisation, tant au niveau de ses finalités que des ressources et moyens déployés, de ses réseaux et de ses flux. Le modèle le plus connu a été conçu par Alexander Osterwalder et comporte 9 catégories : les segments cibles, la proposition de valeur, les canaux de distribution, la relation client, les sources de revenus, les ressources clés, les activités clés, les partenaires clés et la structure de coûts.

  • Capital

    Ce sont les ressources en numéraire (argent liquide) et en nature (par exemple brevet, apport en compétence) définitivement apportées à une société par ses fondateurs au moment de sa création.

  • Capital Développement

    Sous-ensemble du capital-investissement qui correspond aux investissements en fonds propres effectués dans des entreprises qui sont déjà dans une phase avancée de leur développement.

  • Capital Investissement

    Prise de participation en capital dans des entreprises généralement non cotées. Cette opération s’effectue en achetant soit des titres existant auprès d’anciens actionnaires, soit des titres nouvellement émis lors d’une augmentation de capital. Le capital investissement peut servir à financer de jeunes sociétés (Capital Risque), le développement des entreprises en croissance (Capital Développement), la transmission ou l’acquisition (Capital Retournement).

  • Capital Risque

    Investissement réalisé par des investisseurs en capital en fonds propres ou quasi fonds propres dans des entreprises jeunes ou en création, présentant un fort contenu technologique. Selon la maturité du projet à financer, le Capital Risque se subdivise comme suit :- L’Amorçage finance le stade de la recherche avant la création de la société ; – la Création finance la création de l’entreprise et le tout début de son activité ;- la Post-Création intervient lorsque l’entreprise a déjà achevé le développement d’un produit et a besoin de capitaux pour en démarrer la fabrication et la commercialisation.

  • Capital-risque convivial

    Expression désignant un financement issu d’un réseau de proches (parents, amis, voisins, relations)

  • Chiffre d’affaires

    Représente le montant des affaires (hors taxes) réalisées par l’entreprise avec les tiers (clients) dans l’exercice de son activité professionnelle normale et courante. Il correspond à la somme des ventes de marchandises, de produits fabriqués, des prestations de services et des produits des activités annexes.

  • Coopérative d’entrepreneurs

    Société à gouvernance partagée entre ses membres qui permet à chacun des membres d’exercer son activité professionnelle indépendante, tout en ne créant pas sa propre structure.  Le principe : créer ou rejoindre une entreprise que l’on partage avec d’autres entrepreneurs (plutôt que de créer sa propre entreprise isolée…). Voir aussi la notion de portage salarial.

  • Couveuse

    La couveuse accueille le porteur de projet avant que l’entreprise ne soit créée. Son objectif : valider le projet, avant de sauter le pas. La couveuse apporte du conseil à l’entrepreneuriat et des services d’appui. Par exemple, c’est la couveuse qui émet les factures, suit la comptabilité, gère les taxes…. La couveuse est en principe une structure publique ou semi-publique, dont l’accompagnement est limité dans le temps.

  • Croissance

    Correspond à l’augmentation de la production de biens et de services d’un ensemble économique sur une période donnée. Pour une entreprise, elle prend en compte la progression de son chiffre d’affaires (croissance en valeur) et/ou du nombre de clients (croissance en volume).

  • De l’entreprise vers les particuliers

    Ensemble des relations qui unissent les entreprises et les consommateurs finaux, ainsi que les moyens techniques ou logiciels utilisés pour faciliter leurs interactions. On peut parler d’un marché, d’un produit ou service B2C (créé par une entreprise pour adresser le grand public). Voir aussi B2B et C2C.

  • Echange inter-consommateur

    Ensemble des échanges de biens et de services effectués directement entre deux ou plusieurs consommateurs (grand public).  Voir aussi B2B, et B2C.

  • Economie collaborative

    Appelée également économie du partage, elle désigne les diverses formes de consommation partagée (co-voiturage, auto-partage, vélo-partage, troc de livres et de vêtements), d’organisation partagée (travail collaboratif, co-création…), de financement collaboratif (financement participatif, prêt d’argent de pair à pair, monnaies alternatives), de production contributive (labfabs) et de culture libre en général.

  • Economie Sociale et Solidaire (ESS)

    Modèle d’économie intégrant des principes et valeurs d’utilité et de responsabilité sociales et sociétales. Les entreprises (mutuelles, coopératives…) de l’économie sociale et solidaire adoptent des modes de gestion démocratiques et participatifs, encadrent la redistribution des bénéfices pour favoriser l’investissement ou la prime collective…

  • Effet de levier

    Effet multiplicateur de la rentabilité des capitaux propres résultant du recours à l’endettement.

  • Entreprise de taille intermédiaire (ETI)

    Entreprises employant entre 250 à 4999 employés, c’est-à-dire plus grandes que les PME, mais plus petites que les grandes entreprises comptant quant à elles plus de 5000 employés.

  • Essaimage d’entreprise

    Sociétés créées à partir d’une plus grande organisation (université, société, …etc.). Un essaimage d’entreprises peut être ou ne pas être une jeune pousse, mais la plupart des essaimages d’entreprises académiques sont des jeunes pousses. Il faut préciser que les essaimages d’entreprises académiques sont des entreprises créées par un ou plusieurs chercheurs ou porteurs de projet en lien avec la recherche. Ils offrent le moyen d’exploiter commercialement une invention.

  • Essaimage d’innovation

    Désigne une entreprise qui valorise sa propre recherche par la création d’une nouvelle entité.

  • Externalisation participative

    L’externalisation participative, appelée « crowdsourcing » en anglais, consiste littéralement à externaliser (to outsource) une activité vers la foule (crowd) c’est-à-dire vers un grand nombre d’acteurs anonymes (a priori). Bien que le phénomène soit ancien (par exemple, les chasseurs de prime), son essor est fortement lié au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication et, plus particulièrement, du Web 2.0 qui facilite la mise en relation d’un grand nombre d’acteurs dispersés. L’externalisation participative est une forme d’externalisation voire de collaboration possible avec des individus à l’extérieur de l’entreprise. L’externalisation participative, appelée « crowdsourcing » en anglais, consiste littéralement à externaliser (to outsource) une activité vers la foule (crowd) c’est-à-dire vers un grand nombre d’acteurs anonymes (a priori). Bien que le phénomène soit ancien (par exemple, les chasseurs de prime), son essor est fortement lié au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication et, plus particulièrement, du Web 2.0 qui facilite la mise en relation d’un grand nombre d’acteurs dispersés. L’externalisation participative est une forme d’externalisation voire de collaboration possible avec des individus à l’extérieur de l’entreprise. L’externalisation participative, appelée « crowdsourcing » en anglais, consiste littéralement à externaliser (to outsource) une activité vers la foule (crowd) c’est-à-dire vers un grand nombre d’acteurs anonymes (a priori). Bien que le phénomène soit ancien (par exemple, les chasseurs de prime), son essor est fortement lié au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication et, plus particulièrement, du Web 2.0 qui facilite la mise en relation d’un grand nombre d’acteurs dispersés. L’externalisation participative est une forme d’externalisation voire de collaboration possible avec des individus à l’extérieur de l’entreprise. L’externalisation participative, appelée « crowdsourcing » en anglais, consiste littéralement à externaliser (to outsource) une activité vers la foule (crowd) c’est-à-dire vers un grand nombre d’acteurs anonymes (a priori). Bien que le phénomène soit ancien (par exemple, les chasseurs de prime), son essor est fortement lié au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication et, plus particulièrement, du Web 2.0 qui facilite la mise en relation d’un grand nombre d’acteurs dispersés. L’externalisation participative est une forme d’externalisation voire de collaboration possible avec des individus à l’extérieur de l’entreprise. L’externalisation participative, appelée « crowdsourcing » en anglais, consiste littéralement à externaliser (to outsource) une activité vers la foule (crowd) c’est-à-dire vers un grand nombre d’acteurs anonymes (a priori). Bien que le phénomène soit ancien (par exemple, les chasseurs de prime), son essor est fortement lié au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication et, plus particulièrement, du Web 2.0 qui facilite la mise en relation d’un grand nombre d’acteurs dispersés. L’externalisation participative est une forme d’externalisation voire de collaboration possible avec des individus à l’extérieur de l’entreprise.

  • Finance Solidaire

    Domaine de la finance réservé à l’économie sociale et solidaire, c’est-à-dire au financement d’entreprises, de produits et services à fortes utilités sociales et environnementales.

  • Financement participatif

    Mode de financement des projets (d’entreprises, d’organisations non gouvernementales – ONG-, ou autre) par un public intéressé, non professionnel (« la foule » en anglais), utilisant souvent des médias interactifs comme média et canal de réception des financements. Il existe 4 types de financement participatif : par le don (projet ou une œuvre sociale), par le prêt (avec ou sans intérêt de remboursement pour l’internaute financeur), par le capital (avec un retour sur investissement attendu par l’internaute financeur), par la prévente (l’internaute reçoit un produit ou service en contrepartie de sa contribution).

  • Fonds d’amorçage

    Fonds alloués à une entreprise pour soutenir son démarrage.

  • Formation d’expert

    Encore appelé cours de maître, l’expression désigne un enseignement donné par un expert d’une discipline à un public de personnes intéressées par la thématique abordée.

  • Hackathon

    Issu de la contraction des termes “hacking” et “marathon”, un hackathon est un événement où les développeurs se réunissent pour faire de la programmation informatique collaborative sur un sujet déterminé dans le but de créer des applications ou des logiciels. Il se déroule sur un ou deux jours, et à la fin de l’événement, chaque équipe réalise une très courte présentation de son travail et de ses projets créés.

  • Hôtel d’entreprises

    Lieu d’hébergement d’entreprises, n’offrant pas de soutien, ni d’accompagnement. L’hébergement, dans un hôtel d’entreprises, n’est pas limité dans le temps, à la différence des incubateurs ou des pépinières.

  • Incubateur

    Structure d’accompagnement de projets de création d’entreprises, l’incubateur peut apporter un appui en termes d’hébergement, de conseil et de financement, lors des premières étapes de la vie de l’entreprise. À la différence d’une pépinière d’entreprises, un incubateur s’adresse à des sociétés très jeunes ou encore en création, et leur propose un ensemble de services adaptés. Les incubateurs peuvent se différencier entre eux par les services qu’ils proposent, leur caractère lucratif ou non, ou encore le type de projets qu’ils ciblent.

  • Incubation virtuelle

    Désigne un processus d’incubation non physique. L’accompagnement est essentiellement effectué par le canal de dispositifs numériques.

  • Informatique en nuage ou infonuagique

    Modèle de fonctionnement dans lequel les ressources informatiques (serveurs donnant accès aux logiciels, contenus stockés…) sont délocalisées et accessibles à distance, par réseau. L’utilisateur n’achète plus ses ressources mais les loue, en même temps que les services qui vont avec comme la maintenance ou la sécurité.  La location devient modifiable en fonction du besoin de l’utilisateur (niveau de bande passante, capacité de stockage, capacité de calcul…). Le nuage constitue un changement total de modèle économique dans le secteur informatique, et dans la manière de consommer les ressources.

  • Innovation

    Mise en œuvre d’un produit (bien ou service) ou d’un procédé nouveau ou sensiblement amélioré, d’une nouvelle méthode de commercialisation ou d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques de l’entreprise, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures. Le manuel d’Oslo définit quatre catégories d’innovations : de produit (bien ou prestation de service), de procédé, d’organisation, de marketing. L’innovation est souvent attaché à la notion de potentiel de valeur (brevet, avance sur le marché, valeur ajoutée qui permettra de ses différentier de ses concurrents…), mais aussi de risque (est-on sûr que le produit marche et qu’on peut le produire?, est-ce que le produit va être adopté par son public?, est-ce le bon moment pour se lancer? est-ce économiquement viable ?…).

  • Innovation frugale

    Démarche consistant à répondre à un besoin de la manière la plus simple et efficace possible en utilisant un minimum de ressources. Elle est souvent résumée par le fait de fournir des solutions de qualité à bas coût ou d’innover mieux avec moins.

  • Inter-entreprises

    Ensemble des relations d’affaires qui unissent les entreprises entre elles, ainsi que les moyens techniques ou logiciels utilisés pour faciliter leurs interactions. On peut parler d’un marché, d’un produit ou service B2B (créé par une entreprise, dont le client est une autre entreprise). Voir aussi B2C et C2C.

  • Intermédiaire financier

    Personne physique ou morale qui permet la rencontre entre l’offre et la demande de capitaux ou qui gère des titres financiers pour le compte de clients.

  • Investisseur providentiel

    Désigne un particulier qui investit financièrement dans une jeune pousse. La plupart du temps, l’investisseur providentiel est parmi les premiers investisseurs et s’intéresse directement au projet dans lequel il investit. Il met à disposition de l’entrepreneur ses compétences, son expérience, son réseau d’affaires et une partie de son temps. L’investisseur providentiel est aussi un associé-entrepreneur.

  • Investisseurs institutionnels

    Organismes collecteurs de l’épargne qui placent leurs fonds sur les marchés. Il s’agit principalement de sociétés d’investissements, fonds de pension et sociétés d’assurance.

  • Jeune pousse

    Désigne une entreprise innovante qui a un fort potentiel de développement et qui nécessite donc des investissements importants pour pouvoir financer sa croissance rapide. Steve Blank, auteur du « Manuel du créateur de start-up », la définit comme une organisation temporaire à la recherche d’un modèle économique industrialisable, rentable et permettant la croissance.

  • Labfab ou Laboratoire de Fabrication

    Lieu ouvert à tout type de public où il est mis à disposition toutes sortes d’outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d’objets. Il existe une charte des labfabs, mise en place par le Massachusetts Institute of Technology (MIT).

  • Levée de fonds

    Terme désignant l’opération par laquelle une entreprise ou un groupe d’investisseurs trouve de nouvelles ressources financières. Cette levée de fonds se traduit par une augmentation de capital. Les fonds peuvent alors provenir de divers investisseurs, comme des investisseurs providentiels, des investisseurs institutionnels ou encore des particuliers si la société est cotée.

  • Ludification

    La ludification consiste à transposer les mécaniques du jeu (scénario, ambiance…) dans un domaine sérieux et non ludique pour résoudre des problèmes de la vie réelle ou améliorer une offre ou la prise en main d’un produit.

  • Mécénat de compétences

    Consiste, pour une entreprise, à mettre à disposition d’une autre organisation des collaborateurs sur leur temps de travail pour réaliser des actions d’intérêt général. Ces mises à disposition peuvent être évaluées et donner lieu à un avantage fiscal.

  • Mentorat

    Accompagnement personnel, volontaire et gratuit, à caractère confidentiel, apporté sur une longue période par un mentor pour répondre aux besoins particuliers d’une personne (le mentoré) en fonction d’objectifs liés à son développement personnel et professionnel ainsi qu’au développement de ses compétences et des apprentissages dans un milieu donné.

  • Microcrédit

    Prêts financiers souvent de faible montant accordé à des populations qui ne peuvent accéder au système bancaire traditionnel. Les taux de remboursement sont en principe plus élevés que dans les circuits financiers classiques. Le concept a été développé par le professeur d’économie Muhammad Yunus, au Bangladesh, à la fin des années 1970 et s’est développé très largement dans les pays du Sud come du Nord.

  • Modèle économique

    Ensemble des mécanismes permettant à une entreprise de créer de la valeur et de capter cette valeur pour la transformer en profits. Le modèle économique est la façon dont l’entreprise va concrètement gagner de l’argent.

  • Pacte d’actionnaires

    Convention conclue entre les actionnaires de la société (fondateurs et investisseurs en capital) pour organiser leurs relations en tant qu’actionnaires.

  • PAPE (Premier Appel Public à l’Epargne)

    Introduction d’une société en bourse.

  • Partenariats clés

    Désigne les partenaires essentiels ou nécessaires à la réalisation ou l’optimisation d’un projet, et dans le but par exemple, d’améliorer des processus, de réaliser des économies, de réduire des risques et incertitudes, d’acquérir des ressources ou des activités spécifiques.

  • Pépinière

    Structure, souvent publique, qui intervient après la phase d’incubation ou la couveuse, et durant un temps qui varie en principe de 3 à 5 ans. Elle offre un environnement facilitant le développement de l’entreprise et à des coûts accessibles, par exemple des bureaux privatifs ou ouverts, des services de téléphonie et de photocopie, des salles de réunion, parfois même des locaux d’activités et de stockage… C’est aussi un lieu d’échange et de réseau pour les entrepreneurs qui ont déjà créé leur entreprise. Ces derniers y trouvent des prestations de soutien et d’accompagnement sous forme de services collectifs ou individualisés : du conseil, des formations ou des services mutualisés pour les entrepreneurs.

  • Petites et Moyennes Entreprises (PME)

    Entreprises employant entre 20 et 249 employés, c’est-à-dire de taille entre les Très Petites Entreprises (TPE) et les Entreprises de Taille Intermédiaire (TPI).

  • Piratage de croissance

    Stratégie de croissance rapide empruntant les techniques du webmarketing pour conquérir son marché. Stratégie de croissance rapide empruntant les techniques du webmarketing pour conquérir son marché. Stratégie de croissance rapide empruntant les techniques du webmarketing pour conquérir son marché.

  • Pivot

    Stratégie consistant à modifier son business model de manière à répondre à l’invalidation d’une hypothèse en adaptant son offre aux besoins exprimés par les clients. Cette modification peut être marginale (modification de la proposition de valeur, par exemple) ou introduire un changement radical (un produit totalement nouveau, ou une utilisation différente auprès d’un nouveau segment). Voir Agilité des jeunes pousses.

  • Plan d’affaires

    Document décrivant l’ensemble d’un projet d’entreprise : l’activité, le marché, la stratégie marketing, la gestion des ressources humaines, etc. Il reprend l’ensemble des dépenses programmées et les ressources envisagées à court et moyen terme. Son objectif est double : d’une part, il permet à l’entrepreneur de baliser sa route et de savoir où il va et d’autre part, il sert à convaincre les banquiers et les éventuels partenaires, de la viabilité du projet.

  • Portage salarial

    Service proposant à un travailleur indépendant de gérer pour lui la partie administrative, financière et comptable de son affaire. Dans la relation de portage salarial, contractualisée, le travailleur indépendant est salarié de l’entreprise de portage salarial, mais effectue ses prestations pour le compte de ses propres clients, de manière autonome et indépendante. La société de portage se rémunère sur un pourcentage de revenu de son porté, lequel touche ses revenus de ses propres contrats de prestations.

  • Porteur de projet

    Désigne toute personne qui a un projet d’entreprise et qui souhaite le développer.

  • Présentation  

    Présentation courte (30 Secondes à 5 minutes) concise, claire, bien structurée et surtout bien maitrisée, d’une entreprise, projet ou plan d’affaires. En général, l’objectif est d’accrocher l’attention d’un interlocuteur et de susciter son intérêt, pour obtenir sa carte de visite et créer une deuxième opportunité de le rencontrer, avec alors plus de temps pour lui exposer ses idées et besoins.

  • Prêt d’honneur

    Prêts à vocation sociale ou sociétale, sans garantie ou caution et à taux zéro, généralement accordé aux fondateurs ou dirigeants d’entreprises (et non à la société) pour financer leur entreprise. Ils sont souvent accordés sous la condition de remplir un certain nombre de critères sociaux (emplois, potentiel de développement…). Chaque emprunteur devra certifier sur l’honneur être en mesure de rembourser cet emprunt.

  • Produit Minimum Viable (PMV)

    Version basique d’un nouveau produit ou service, qui permettra de valider les premiers efforts, à partir des retours constatés sur les premiers clients. Le PMV donnera naissance à des versions plus sophistiquées ultérieurement si la première étape est validée. Eric Ries, promoteur de ce concept par étape, conseille par exemple de réaliser un prototype de produit minimal afin de vérifier l’existence d’un besoin, de valider la rentabilité…

  • Produit/service

    Offre présentée sur un marché. On parle de produit quand cette offre est tangible et de service quand elle est intangible.

  • Proposition de valeur

    Valeur apportée à la clientèle ciblée par le porteur de projet. Il ne s’agit pas ici des fonctionnalités du produit ou des effets que peut avoir son utilisation, mais bien des bénéfices qui en découlent, du point de vue du client. La proposition de valeur doit être concise, simple à comprendre pour le client et doit présenter un bénéfice indéniable.

  • Propriété intellectuelle

    Désigne l’ensemble des droits exclusifs accordés sur les créations intellectuelles à l’auteur ou à l’ayant droit d’une œuvre de l’esprit. Elle regroupe la propriété industrielle et la propriété littéraire et artistique.

  • Recherche et Développement (R&D)

    Activité de l’entreprise consistant à créer de nouveaux produits ou améliorer les existants, de manière directe ou indirecte.

  • Relation client

    Ensemble des échanges entre une entreprise ou une marque et son public, sur l’ensemble des canaux et par tous les modes de communication qui existent.

  • Remue-méninges

    Technique permettant de faire appel à l’intelligence collective d’un groupe ou d’un individu pour trouver des idées originales (créatives). Dans les sessions de remue-méninges, chacun des participants est invité à émettre des idées ou suggestions en relation avec le sujet d’études.

  • Rémunération au résultat

    Rémunération proportionnelle au montant de la transaction (vente, licence…), et qui n’est perçue qu’en cas de succès, c’est à dire lorsque l’opération est menée à bien. Elle peut être précédée d’une commission forfaitaire perçue en amont.

  • Réseautage

    Constitution d’un réseau de relations qui peuvent apporter appui, conseils, financement.

  • Sérendipité

    Fait de réaliser une découverte inattendue grâce au hasard et à l’intelligence, au cours d’une recherche dirigée initialement vers un objet différent de cette découverte.

  • Technopôle

    Zone d’activités rassemblant des entreprises de fabrication ou de services dans le secteur des hautes technologies, les technopôles sont la plupart du temps situés dans la périphérie de grandes villes, à proximité de structures de recherche (universités, laboratoires privés). Ils se sont développés surtout à partir des années 1980.

  • TIC

    Acronyme de Technologies de l’Information et de la Communication. Regroupe toutes les entreprises du secteur numérique.

  • Tout en ligne

    Entreprise ayant démarré et exerçant uniquement son activité dans le secteur de l’informatique en ligne (plus généralement, une entreprise adressant un secteur unique). Dans le même jargon, en parle d’entreprises «brick and mortar » (« brique et mortier »), pour celles qui, en plus du service en ligne, ont une offre physique, comme un magasin par exemple ; ou d’entreprises « click and mortar » dont le système de distribution reste uniquement en ligne. Entreprise ayant démarré et exerçant uniquement son activité dans le secteur de l’informatique en ligne (plus généralement, une entreprise adressant un secteur unique). Dans le même jargon, en parle d’entreprises «brick and mortar » (« brique et mortier »), pour celles qui, en plus du service en ligne, ont une offre physique, comme un magasin par exemple ; ou d’entreprises « click and mortar » dont le système de distribution reste uniquement en ligne.

  • TPE : Très Petites Entreprises

    Entreprises employant entre 0 et 19 employés, c’est-à-dire plus petites que les PME

  • Travail collaboratif

    Typologie d’organisation du travail comportant deux notions : – et un réseau de travailleurs encourageant l’échange et l’ouverture. – un espace de travail partagé,

  • Tutorat

    Transmission d’expérience ou de compétence entre une personne (le tuteur) ayant déjà une expérience avérée et une autre personne (le tutoré) cherchant à monter en compétence. Le tutorat est souvent un accompagnement individualisé qui est suivi et régulier dans le temps ; avec une dimension humaine forte (nécessité de confiance entre les parties).

  • Week-end de jeunes pousses  

    Initiative qui réunit, l’espace d’un week-end, un public varié d’entrepreneurs, de mentors, de jeunes dirigeants d’entreprises, artistes, développeurs, spécialises du marketing, afin de réfléchir collectivement, souvent par équipe, à la création d’une jeune pousse à partir d’une idée ou à des sujets liés à la création d’entreprise.